Accueil    Audio    Press Book    Partitions    Cours d'harmonie    Doigtés saxo    Photos    Vidéos    Biographie    Stages d'impro    Liens 

«Donostia»

Jean-Luc Barbier Quartet

Face A

Valse pour Titi * (mp3 - 6:52)

Music composed by Christoph Baumann

Miss Lydia * (mp3 - 6:28)

Music composed by George Barcos

Sip a Little New * (mp3 - 7:20)

Music composed Kenny Wheeler

Face B

Move (mp3 - 3:40)

Music composed by Jean-Luc Barbier

Frühstück für Daniel Dusentrieb (mp3 - 5:49)

Music composed by Christoph Baumann

Mr T.V.B. (Monsieur Tout Va Bien) (mp3 - 9:55)

Music composed by Jean-Luc Barbier

  • Jean-Luc Barbier alto saxophon, flute*,
  • Christoph Baumann piano,
  • Hämi Hämmerli bass,
  • Guido Parini drums

 

     San Sebastian- February 1982
 
     Recording engineer: Angel Katarain
 
     Recorded at"IZ" Studio in Donostia (S. Sebastian)
 
     Designer: Giuseppe Reichmuth
 
     Produced by "IZ" Studio and Jean-Luc Barbier
 
     IZ - 150 - D
 

Parler de jazz en Suisse au 19ème siècle, c'était un anachronisme. Aujourd'hui, la situation ne s'est guère améliorée. Et pourtant, le pays des banques, des montres et du fromage abrite bel et bien des musiciens qui pratiquent assidûment ce genre musical venu de la lointaine Arnérique.

En ouvrant bien les yeux, vous ne manquerez pas de voir, à la croisée d'une quelcondue rue de la plus grande ville au plus petit village, un saxe ou une contrebasse, une trompette ou une guitare; d'entendre, à l'étage de quelque immeuble moderne, à travers les persiennes d'une cave humide d'une maison vouée à la démolition ou encore de la grange d'une ferme d'Entlebuch, les accords d'un piano ou les roulements dune batterie. Jusque-là ces perceptions multiples n'étaient le fait que du hasard ou de la curiosité, et comme il arrive parfois que le hasard fasse fort bien les choses, il est un beau jour apparu un lieu unique de création, d'expression et de de pratique musicale: la Swiss Jazz School.

Imaginez dans un pays morcellé comme le nôtre des musiciens venus de Genève, de Baden, de Zürich et de Lugano qui peeuvent avoir la chance de confronter leurs expériences et découvrir qu'ils ont des affinités musicales communes.

Le genevois c'est Jean-Luc Barbier, le gars de Baden c'est Christoph Baumann, le Zürichois c'est Hämi Hämmerli et le Tessinois Guido Parini et ils se sont connus à l'école suisse de jazz à Berne.

- Pour Jean-Luc Barbier cela se traduit par le conservatoire, des stages d'improvisation (Clifford Thornton, François Jeanneau, un cours de maîtrise avec le Danois Ancher Grön (sax), deux disques avec le CM4 et, à ses débuts, d'enri- chissants contacts avec des musiciens tels que les pianistes Ricardo Garzoni et François Lindemann, les batteurs Heinz Lieb et Alvin Queen, les bassistes Olivier Magnenat et Mike Guilford et les guitaristes George Barcos et Paolo Bellinati.

- Christoph Baumann, lui, s'est très vite tourné vers les possibilités de l'improvisation qu'il enseigne d'ailleurs au conser-. vatoire de Zürich. Son sens aigüe des images (venant du grand intérot qu'il porte au théâtre) et de la musique ont été à l'origine de la création du Jerry Dental Kollekdoof, une troupe baroque et picaresque qui alliait avec bonheur et dérision un jazz détonant et des textes farfelus.

- Hämi Hämmerli était aussi dans le radeau de la Méduse du Jerry Dental, mais à côté de ça il s'est frotté sans complexe à des gens comme Walter Bishop, Babs Gonzales, Pierre Favre, Jamela Goueth, Heinz Bigler et Bakti Jazz.

- Guido Parini c'est le latin de l'équipe, ce qui veut dire un sacré tempérament qu'il a parfaitement maîtrisé en jouant que ce soit aux côtés de Franco d'Andrea, Nando de Luca ou encore des Helvètes Franco Ambrosetti, Andy Sherrer et Isla Eckinger. En 1981, au Festival de Jazz de San Sebastian, il obtenait une forme de reconnaissance officielle de son talent en décrochant le prix du meilleur soliste. En fait, c'était le nouveau Quartet dans son ensemble, qui était honoré de cette distinction tant leur prestation individuelle que collective fit l'unanimité du public et du jury. Pour s'en convaincre, il suffit d'écouter ce disque enregistré pratiquement sur le coup de ce festival, en Espagne, qui ne laisse planer aucun doute quant au niveau et aux possibilités de cette formation "made in Switzerland".

Désormais, la Suisse n'est plus seulement le pays des banques, des montres et du fromage mais aussi celui du jazz.

Léon Meynet


Duirinq the 19th centurg in Switzerland, any mentioning of jazz would of been un anachronism. Today the situation is hardly différent. Yet the land of banks, cheese and watches actually nurtures musicians who actiivilly practice this musical genre which emerged in far-away America.

If you keep your eges open gou can't fail to notice on any street corner be it in the biggest city or the smallest one a saxophone or a double-bass, a trompet or a guitar, you moy hear coming from an appartment of a modern building, through the the basement window of an olf house awaiting the wrecker or even from the barn of a farrn in the Entlebuch, the sounds of o piano or the rolling of drums. Such encounters iwere the result of curiosity and chance: yet chance would have it that one fine day there came into being a unique scene of creativity, expression and musical practice - the Swiss Jazz School.

Imagine in our motley country musicians hailing from Geneva or Baden or Zürich or Lugano being able to meet and exchange expériences and discover common musical affinities.

Jean-Luc Barbier is from Geneva, Christoph Baumann from Baden, Hämi Hämmerli from Zürich and Guido Parini from Lugano; they all met at the Swiss Jazz School in Bern.

Each one of them followed différent musical directions and acquired an original musical background.

- Jean Luc Barbier attended music school, improvisation courses with Clifford Thomson and François Jeanneau, and post-graduate study with the Danish musician Ancher Grön (saxophone); he made two records with the group CM4 and had fruitful contacts with pianists Ricardo Garzoni and François Lindemann, drummers Heinz Lieb and Alvin Quenn, bassists Olivier Magnenat and Mike Guilford and guitarists George Barcos and Paolo Bellinatti.

- Christoph Baumann was soon to be drawn io theatre and to the inexhaustible possibilities of improvisation which inciden- tally he teaches at the Zürich Conservatory. His keen senses of images and music were instrumental in the creation of the Jerry Dental Kollekdoof; a baroque and picaresque company which mingled successfully and derisively explosive jazz and lucidious scripts.

- Hämi Hämmerli, also part of the Jerry Dental craw mingled easily with people like Walter Hishop, Babs Gonzales, Pierre Favre, Jamela Goueth, Heinz Bigler and Bhakti Jazz.

- Guido Parini is the latin of the band, meaning a hell of a character which he nevertheless totally controls playing with Franco d'Andrea, Nando de Luca, Franco Ambrosetti, Andy Sherrer. ln 1981 at the San Sebastian jazz festival his talent was officialy recognized by the award of the best soloist prize. Actually it was the whole new Jean-Luc Barbier which was thus distinguished since both the individual and collective performance convinced public and jury; one has just to listen to this record made of in the wake of the festival in Spain which leaves no doubt about the high level and the potential of this band (made in Switzerland).

Henceforth Switzerland is not only the land of banks, cheese and watches but also of jazz.

Léon Meynet

index audio

Accueil    Audio    Press Book    Partitions    Cours d'harmonie    Doigtés saxo    Photos    Vidéos    Biographie    Stages d'impro    Liens